Accueil / Place-holiday / Le bois du Cazier [50]

Le bois du Cazier est un ancien charbonnage situé à Marcinelle, près de Charleroi en Wallonie (Belgique). Le 8 août 1956, ce charbonnage fut le théâtre de la plus importante catastrophe minière en Belgique causée par un incendie, avec 262 victimes (dont 136 Italiens, 95 Belges, 8 Polonais, 6 Grecs, 5 Allemands, 3 Hongrois, 3 Algériens, 2 Français, 1 Anglais, 1 Néerlandais, 1 Russe et 1 Ukrainien) sur les 274 hommes présents dans la mine. Le drame a un impact considérable en particulier pour la communauté italienne : souvent, les mineurs calabrais étaient engagés par villages entiers et les veuves sont donc nombreuses dans le sud de l'Italie. Vers 8 h 10, Antonio Iannetta, un encageur, commande avec un compagnon, la remontée de wagonnets de charbon vers la surface. Deux chariots sont mal engagés et restent coincés dans une cage à 975 mètres. Ils arrachent une poutre qui sectionne deux câbles électriques à haute tension (525 volts), une conduite d'huile sous pression et une tuyauterie d'air comprimé.[1] L'arc électrique enflamme l'huile sous pression pulvérisée jaillissant de la canalisation éventrée et les boiseries prennent feu instantanément. Cet incident survenant dans le puits d'entrée d'air, le feu et la fumée toxique se propagent rapidement dans toute la mine, où des hommes sont enfouis jusqu'à 1 035 mètres sous terre. L'alerte sera donnée à 8 h 25 par Antonio Iannetta lui même. La cage suivante remonte à la surface : Philippe Detobel, bouveleur à 1035, René Albert, Robert Barbieux, Carlo Fontaine, Onorato Pasquarelli et Attilio Zannin. Le départ de la cage tardant un 7ème homme, Marceau Caillard, était redescendu pour redemander le départ de la cage, la cage remonta sans lui. Cette "cage de la dernière chance" arrivera en surface entre 8h30 et 8h35. À 9 h 10, le puits d'extraction de l'air est inutilisable. Les câbles de ses cages cèdent peu après. Deux personnes tentent vainement à 9 h 30, sans équipement, de se frayer un chemin dans un tunnel latéral. Le trou d'homme n'est élargi que 4 h 30 plus tard, pour découvrir plusieurs cadavres. Une expédition descend vers 15 h 00 par le premier puits et découvre trois survivants. Les trois derniers rescapés seront découverts ensuite par une équipe différente. Les secours parviennent à sauver quelques vies le jour même et poursuivent leurs efforts pendant deux semaines. Le 23 août 1956 à 3 heures, les sauveteurs déclareront en remontant « tutti cadaveri » (tous morts). Les sauveteurs de la centrale de Frameries, créée en 1905 au charbonnage du Grand Trait, participèrent aux opérations de sauvetages. Source des infos: Wikipédia
Nombre de pages vues (miniatures ou images) : 1521929
Consultations des 10 dernières minutes : 81
Nombre de pages vues des 60 dernières minutes : 288
Nombre de consultations d'hier : 8282
Nombre de visiteurs des dernières 24h : 382
Visiteurs des 60 dernières minutes : 34
Visiteur(s) récents: 6