Accueil / Place-holiday / Cimetière du Dieweg à Uccle [35]

Cimetière du Dieweg à Uccle L’ancien cimetière de la commune d’Uccle (Bruxelles), dit Cimetière du Dieweg, est l’un des lieux les plus insolites de la capitale. Comme c’est le cas de plusieurs cimetières bruxellois, sa création fait suite à la terrible épidémie de choléra qu’a subi la ville en 1866. Installé le long de l’ancien chemin du Dieweg, son terrain en pente, qui occupe le versant nord de la vallée du Geleytsbeek, offre une perspective vers la forêt de Soignes. L’expansion démographique et la fermeture des cimetières Saint-Job (1871) et Saint-Pierre (1876) ont pour conséquence sa rapide saturation, qui contraint les autorités à ouvrir le nouveau cimetière du Verrewinkel en 1945. Dès lors, les inhumations au Dieweg se font rares et il sera totalement désaffecté en 1958. Peu entretenu, le cimetière se métamorphose lentement. Les ferronneries commencent à rouiller, les monuments tombent en ruine. La végétation envahit les allées et les tombes, jusqu’à en recouvrir entièrement une bonne partie. Ce mariage de l’architecture et de la nature, de la pierre et du végétal dégage une atmosphère fortement romantique. Depuis la fermeture du cimetière, l’une ou l’autre inhumation annuelle a encore lieu, généralement dans des caveaux de familles existants, ou exceptionnellement par dérogation spéciale dont ont pu bénéficier Georges Rémi (alias Hergé) le père de Tintin. Infos sur Wikipédia
Nombre de pages vues (miniatures ou images) : 1629791
Consultations des 10 dernières minutes : 73
Nombre de pages vues des 60 dernières minutes : 383
Nombre de consultations d'hier : 6156
Nombre de visiteurs des dernières 24h : 440
Visiteurs des 60 dernières minutes : 30
Visiteur(s) récents: 3